PDCI RDA/Adjoumani déclare la guerre à Guikahue : Guikahué « Tu as échoué il faut démissionner ; Tu ne parviendras pas à nous diviser »

Absent lors de la cérémonie d’hommage dédiée à M. Henri Konan Bédié dans la région du Gontougo le 5 mai 2018, le ministre Adjoumani est sorti de son silence pour faire une mise au point face aux  « commentaires relevés sur les réseaux sociaux, les comptes-rendus volontairement tendancieux et erronés lus dans certains médias ».

Déclaration

Afin de contribuer personnellement à l’instauration d’un climat apaisé et serein au sein de notre parti le PDCI-RDA et de notre grande famille politique du RHDP, j’avais décidé depuis quelques semaines d’observer le silence et de ne pas réagir à toutes les provocations et attaques de mes détracteurs qui, hélas refusent de baisser le glaive.

Mais les récents événements qui se sont déroulés dans la région du Gontougo à la faveur du meeting d’hommage au Président Henri Konan Bédié, les commentaires relevés sur les réseaux sociaux, les compte-rendus volontairement tendancieux et erronés lus dans certains médias m’imposent de faire cette mise au point pour rétablir la vérité et lever certaines incompréhensions en accord avec mes frères les Ministres Siandou Fofana et Abinan Kouakou Pascal.

De quoi s’agit-il ?

Un meeting d’hommage au président du PDCI-RDA devrait se tenir le 05 mai dernier à Koun-Fao, un département qui se trouve dans la région du Gontougo dont je suis le Président élu du Conseil régional.

Logiquement, nous devrions tous être étroitement associés à l’organisation de cette manifestation pour en faire une grande messe et une réussite totale. Bien que l’organisation ne fut pas très inclusive en raison de la mise à l’écart de certains cadres et élus, nous avons tous et sans exception décidé d’y participer. Il se trouve que face à des questions majeures de dernières minutes, liées pour la plupart à des questions professionnelles, de nombreuses personnalités, y compris le parrain le Ministre Siandou Fofana et le Ministre Abinan Kouakou Pascal, avaient sollicité le report de seulement une semaine de ladite cérémonie afin de permettre à tous d’être effectivement présents.

A titre personnel, j’ai été désigné par le Gouvernement pour prononcer le discours de bienvenue à Son Excellence Julius Maada Bio, Président de la République sœur de Sierra Leone qui effectuait une visite de travail au Centre National de Recherche Agronomique (CNRA) le même samedi 05 mai à 10 heures, en présence du Vice-président de la République, M. Daniel Kablan Duncan. Le Ministre Thierry Tanoh était également présent. Les images de cette rencontre ont d’ailleurs été diffusées par la RTI dans son journal télévisé le même soir.

Dès lors, il m’était impossible d’être à Koun-Fao pour prendre part au meeting. Mes collègues Siandou Fofana et Abinan Kouakou Pascal étaient également dans la même situation que moi.

Par ailleurs, j’ai pris soin d’informer personnellement le Président Henri Konan Bédié de cette contrainte, avant de le prier d’autoriser si possible le report d’une semaine de cette cérémonie.

Le Président Henri Konan Bédié sensible à cette démarche et soucieux de la cohésion des cadres de notre région, m’a répondu qu’il n’y voyait aucun inconvénient et que la cérémonie pouvait être reportée parce que le parrain, le Ministre Siandou Fofana avait également plaidé pour son report. Il nous a donc conseillé de voir avec le comité d’organisation pour arrêter la décision finale conformément à la volonté exprimée par la majorité des élus et cadres concernés.

Mais contre toute attente, M. Guikahué a opposé un refus catégorique à cette position commune en demandant au comité d’organisation de mettre tout en œuvre pour tenir le meeting le 5 mai, même en l’absence des ministres et cadres originaires de la région, empêchés.

Au demeurant, M. Guikahué peut-il accepter d’être ignoré dans le processus d’organisation et la tenue d’une cérémonie du PDCI ou d’hommage au Président Henri Konan Bédié à Gagnoa sur sa terre natale ?

A partir de ce moment, nous avons compris que l’objectif de M. Guikahué n’était plus de rendre seulement hommage au Président Henri Konan Bédié mais de mettre à mal la cohésion du PDCI-RDA dans notre région en présentant les personnalités absentes comme des ennemis du PDCI-RDA et du Président Henri Konan Bédié, notre père bien-aimé.

Que dire des propos tenus par notre cher doyen, le Vice-président Amoikon Edjampan, qui estime que ceux qui ne sont pas venus à ce meeting d’hommage ont tout simplement changé de père en allant s’asseoir ailleurs ? Il est tout de même regrettable que pareille déclaration soit faite par un aîné pour qui nous avons beaucoup d’admiration, un aîné qui nous condamne sans prendre la peine de nous entendre. Parce qu’en réalité, nous avons informé le père de famille de notre indisponibilité pour des raisons professionnelles. Pour se convaincre il peut référer au Président Henri Konan Bédié.

Et puis, si l’on devrait suivre la logique du Vice-président Edjampan, cela voudrait dire que notre parti connait une véritable saignée dans notre région dans la mesure où le point des personnalités politiques présentes au cours de ce meeting révèle que sur douze (12) délégués PDCI que compte le Gontougo, seulement trois (3) étaient présents ; sur 5 députés PDCI, un seul était présent ; sur 4 maires PDCI, 2 ont effectué le déplacement ; quant aux sénateurs, aucun n’était présent tout comme le Président du Conseil régional et ses vice-présidents. Allons-nous raisonner comme notre doyen en affirmant que tous ces absents ont changé de père ? La présence du Ministre Kouadio Comoé Augustin, Vice-président du FPI signifie-t-elle qu’il a lui aussi changé de père ?

Que notre aîné sache que nous ne faisons pas partie des catégories d’enfants qui changent leur père au gré du vent. Il sait très bien qu’ils sont nombreux tous ces transhumants politiques PDCI qui aujourd’hui reviennent dans la maison du père sans coup férir.

Il faut noter, en outre, l’absence du chef de village de Koun Fao, la Reine mère de Koun Fao ainsi que les chefs du département de Koun Fao qui n’ont pas répondu présent à cette cérémonie.

Je suis scandalisé, d’autant plus scandalisé de lire les propos du maire de Koun Fao, farouche opposant à l’Appel de Daoukro, hier, ex-directeur de campagne de KKB aux élections présidentielles de 2015. Lui qui prétend tant aimer le Président Henri Konan Bédié oublie-t-il que c’est le même Henri Konan Bédié qu’il vilipendait suite à l’Appel de Daoukro ?

Monsieur le Maire, qui s’autoproclame « vrai militant du PDCI-RDA », oublie-t-il qu’il était candidat indépendant aux dernières élections législatives contre le candidat officiel du PDCI-RDA ? Qu’il puisse déclarer aujourd’hui que les absents au rendez-vous de Koun Fao ne sont pas de vrais militants du PDCI-RDA est une aberration.

Au regard de ce qui s’est passé à Koun Fao ce jour-là, nous sommes aujourd’hui en droit de dire que M. Guikahué en semant la division au sein des élus et cadres du PDCI-RDA de la région du Gontougo, n’avait d’autres soucis que d’humilier notre vénéré père et d’exposer certains cadres et élus à la vindicte populaire. Mais nous n’accepterons jamais que le nom du Président Henri Konan Bédié soit utilisé pour assouvir des intérêts strictement personnels et égoïstes. Nous n’accepterons plus que M. Guikahué use de subterfuges pour semer la discorde entre nous.

Sinon comment comprendre qu’au cours de son intervention, des mots aient été trouvés pour excuser le Ministre Siandou Fofana et qu’un silence ait été observé sur l’absence des Ministres Adjoumani et Abinan Pascal. Mais c’est peine perdue, car il ne parviendra pas à nous diviser. Nos parents aiment profondément le Président Henri Konan Bédié et ils vont le démontrer très bientôt.

Quel est donc ce secrétaire exécutif qui divise au lieu d’œuvrer à la cohésion au sein du PDCI ?

M. Guikahué apparait comme le plus grand diviseur commun du PDCI-RDA et du RHDP.

Aujourd’hui je peux l’affirmer, M. Guikahué a un agenda caché qui n’a rien à voir avec l’agenda du Président Henri Konan Bédié. Il a montré que manifestement il ne défend ni les intérêts du PDCI, ni les intérêts du Président Henri Konan Bédié et encore moins ceux du RHDP.

Voici en effet quelqu’un qui après avoir participé aux réunions du comité de haut niveau, vient crier sur la place publique qu’il n’a rien signé, qu’il n’a pas paraphé le document. Mais la signature par le Président Henri Konan Bédié de l’accord politique sur le RHDP vient clore ce débat, désavouant ainsi M. Guikahué.

En outre, lorsque le Président Henri Konan Bédié a signé récemment l’accord politique sur le RHDP, M. Guikahué n’a pris aucune initiative pour expliquer le contenu de l’acte signé par le Président Henri Konan Bédié. Pis, quand des jeunes se sont déchainés contre notre leader, le Président Henri Konan Bédié et ont manifesté à la maison du PDCI-RDA, M. Guikahué a laissé faire. Aucune explication, aucune condamnation. C’est d’ailleurs après la mise au point du Président Henri Konan Bédié lui-même, qu’il a daigné pondre une déclaration au nom du Secrétariat exécutif, agissant ainsi comme un médecin après la mort.

Avant cet acte, le 10 mars 2018 à Yamoussoukro, M. Guikahué ébruitait une promesse qu’aurait faite le Président Alassane Ouattara au Président Henri Konan Bédié au sujet de l’alternance en 2020. Selon M. Guikahué, cette promesse aurait été faite devant témoin et qu’au moment venu le Président Henri Konan Bédié en parlerait. Jusqu’à ce jour, le Président Henri Konan Bédié n’a donné aucune suite à ces propos, bien au contraire, lors de la signature de l’accord politique, il a indiqué à la presse que l’alternance est un sujet en discussion avec les alliés du RHDP. Où est donc passée cette promesse ? Où est donc passé le fameux témoin ? M. Guikahué a encore frappé.

Un homme digne et sérieux, de ce point de vue déjà devrait envisager sa démission.

La plupart des militants du PDCI aujourd’hui commence à comprendre le double jeu de ce secrétaire exécutif qui se prend pour le Président du PDCI-RDA.

S’agissant par exemple de la cérémonie de Koun Fao, la majorité des cadres était absente, la majorité des députés était absente. Etait aussi absente la quasi-totalité des délégués, préfets du parti. Si malgré cela, M. Guikahué s’est entêté à aller à Koun Fao, c’est qu’il a effectivement un agenda caché. Il voulait porter un coup à la cohésion entre les cadres et élus de notre région. Mais, à la vérité c’est que M. Guikahué a échoué puisqu’il n’a pas réussi à nous diviser. Pis, sur un objectif initial de 15 000 personnes qu’il se proposait de mobiliser il n’a pu en définitive réunir que 4 000 selon sa propre estimation qui est loin de la réalité.

De même, je voudrais relever que lorsque le PDCI-RDA tenait son dernier congrès extraordinaire, le RDR y était présent avec une délégation conduite par son Secrétaire général par intérim M. Amadou Soumahoro. La logique aurait voulu qu’à ce congrès extraordinaire du RDR, M. Guikahué renvoie l’ascenseur à son principal allié. Il ne l’a pas fait. Prétextant que le PDCI-RDA n’avait pas à être présent à un congrès extraordinaire du RDR. Or justement, au 3è congrès extraordinaire du RDR, M. Guikahué avait bien conduit une délégation du PDCI-RDA à ces assises.

Heureusement qu’en homme sage, le Président Henri Konan Bédié, a mandaté en dernière minute, le Ministre Patrick Achi pour représenter le PDCI-RDA à ce congrès.

Plus grave encore, au cours du meeting du 10 mars 2018 à Yamoussoukro, alors que les Ministres Ahoussou Jeannot et Raymonde Goudou Coffie étaient bel et bien présents, ils ont été royalement ignorés par le Secrétaire Exécutif. M. Guikahué avait déclaré à l’occasion que quand il s’agit d’hommage au Président Henri Konan Bédié, les ministres PDCI ne viennent pas, par conséquent ce ne sont pas des militants PDCI. Aujourd’hui où des ministres PDCI lui demandent de faire reporter la cérémonie pour qu’ils soient tous présents, M. Guikahué dit non. Quel est donc son projet ? Quelles sont ses intentions véritables ?

Heureusement encore, après le discours de clarification du Président Alassane Ouattara au 4è congrès extraordinaire du RDR, nous sommes en droit de dire que nos deux chefs sont véritablement en phase. Puisque le Président Alassane Ouattara affirme que le RHDP aura bel et bien un candidat unique en 2020 ; qu’en 2020 le meilleur parmi les candidats du RHDP sera choisi, mais que le RDR aussi ne disparaitra pas.

Le disant, il rejoint ainsi le Président Henri Konan Bédié qui déclarait récemment que l’accord politique qu’il a signé ne signifie nullement la dissolution du PDCI-RDA, que son parti aura bel et bien un candidat en 2020 et que sur le sujet il est en négociation avec ses alliés pour que le candidat du PDCI soit le porte-étendard du RHDP en 2020.

Fort de cette convergence des points de vue, je voudrais solennellement annoncer que tous les élus et cadres du Zanzan, tous les militants RHDP du Gontougo, vont bientôt organiser un grand meeting, une grande cérémonie d’hommage et de soutien aux Présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara à Bondoukou.

Nous le ferons dans un élan de communion totale des fils et des filles du district du Zanzan pour montrer le vrai visage d’une Côte d’Ivoire unie et solidaire autour de ces deux grands visionnaires, ces deux grands hommes d’Etat, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara.

Nous le ferons et nous inviterons M. Guikahué pour lui montrer que quand on veut honorer un grand homme comme le Président Henri Konan Bédié, un homme de paix, on ne le fait pas dans un esprit de division et dans l’intention de régler des comptes politiques à certains cadres.

KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI
Membre du bureau politique du PDCI-RDA

Auteur de l’article : Kady Soumahoro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *